Mission Lèpre France

Mission Lèpre est une organisation non-gouvernementale (ONG) qui soutient des projets de lutte contre la lèpre : diagnostic, soin aux patients atteints de la lèpre, aide à leur réhabilitation, lutte contre la stigmatisation. Notre vision est un monde sans lèpre. Notre objectif est de transformer les conditions de vie des personnes touchées par la lèpre. 

Nous sommes reconnus d’utilité publique depuis 1978. Nous faisons partie de l’alliance internationale TLM (The Leprosy Mission)  avec 140 ans d’expérience. Mission Lèpre France récolte des fonds grâce auxquels nous participons à des programmes gérés en coordination avec les équipes “TLM” (Mission Lèpre) dans les pays endémiques.

Pourquoi une mission contre la lèpre ?

La lèpre est une maladie ancienne. Elle a pratiquement disparu dans nos pays occidentaux. Toutes les civilisations l’ont stigmatisée, considérant qu’elle est le signe de la malédiction divine. Nous affirmons que si malédiction il y eut, celle-ci a été brisée par Jésus-Christ venu de la part de Dieu annoncer la libération et la fin de l’exclusion. Allant à l’encontre des tabous et des peurs, Jésus n’a pas hésité à toucher, guérir et libérer de leur exclusion ceux dont Il a croisé la route. Après des siècles d’ignorance et de tâtonnements, la lèpre est aujourd’hui facile à guérir. Des médicaments réellement efficaces existent depuis environ 30 ans. En l’espace de quelques décennies, des millions d’hommes, de femmes et d’enfants en ont bénéficié. Mais le mal continue ses ravages et la peur subsiste au point que le plus souvent, les nouveaux cas ne sont détectés qu’après une longue période d’incubation et de contamination de voisinage. Les dégâts physiques et moraux continuent de pousser vers l’exclusion des victimes qui ignorent l’existence du remède.

Dans le cadre de l’ILEP (Fédération Internationale des ONG spécialisées dans ce domaine), 14 ONG travaillent en concertation et sous les hospices de l’OMS en vue de vaincre ce fléau.

Engagements et valeurs

« Mission Lèpre » veut interpeller les consciences et tout mettre en œuvre pour informer le public français, le mobiliser pour qu’ensemble nous puissions contribuer efficacement à l’éradication de toutes les causes et conséquences de la lèpre. Plus généralement, elle entend affirmer sa conviction que toute forme d’exclusion est une atteinte grave à la dignité humaine et qu’elle est contraire à la volonté de Dieu. Elle croit que le fait d’œuvrer pour un monde plus équitable est une cause juste, à laquelle elle adhère pleinement. En savoir plus sur nos engagements.

Nos valeurs sont l’engagement pour les personnes affectées par la lèpre en suivant l’exemple de Jésus-Christ, par une gestion transparente de nos finances et en partenariat avec les autorités sanitaires nationales. En savoir plus sur nos valeurs.

Reconnue d’utilité publique

En France, nous ne bénéficions pas de subventions gouvernementales. Cependant, la reconnaissance d’utilité publique permet aux donateurs imposables de bénéficier des réductions de 75 % ou de 66 % de leurs impôts sur le revenu dans les limites fixées par la loi. Nous disposons également d’un compte abrité auprès de la Fondation du Protestantisme qui permet aux personnes redevables de l’ISF de soutenir l’action de Mission Lèpre en passant par cette Fondation.

Donner et bénéficier de réductions d'impots

Un partenariat avec d’autres organisations chrétiennes

logo-asahASAH, organisation non-gouvernementale (ONG), est un réseau d’associations d’inspiration chrétienne, agissant en particulier dans l’urgence, le développement, le plaidoyer, l’environnement ou la solidarité au Nord et au Sud

 

logo-cneflogo-fmef
La Fédération de Missions Evangéliques Francophones (FMEF) veut communiquer sa vision et sa passion pour le développement de la mission dans le paysage évangélique francophone


logo-fep
La Fédération de l’Entraide Protestante (FEP) se fixe comme objectif de lutter contre toutes les atteintes à la dignité humaine


Grâce à ce réseau, l’Action de Mission Lèpre bénéficie de l’expérience faite par d’autres tout en apportant sa contribution aux autres membres.

Un réseau international

Mission Lèpre (en anglais « The Leprosy Mission » ou TLM) est une organisation chrétienne internationale qui aide les personnes affectées par la lèpre. Fondée en Irlande en 1874, c’est la plus ancienne et aujourd’hui la plus importante ONG de lutte contre la lèpre dans le monde. Elle ne dépend d’aucune dénomination particulière et souhaite œuvrer avec tous ceux qui se reconnaissent dans ses Valeurs clairement fondées sur l’Évangile et l’exemple de Jésus-Christ.

L’Alliance Globale

L’Alliance Globale de TLM fédère des ONG nationales de 31 pays qui, au moyen de la Charte TLM, ont pris des engagements réciproques et ont défini des principes et des méthodes de travail communs. Ces organisations nationales sont de deux types : « Pays de soutien » (donateurs) et « Pays d’engagement » (là où la lèpre continue d’être endémique). Les deux types de pays membres se considèrent comme des partenaires d’égale valeur dans le travail et dans les décisions de l’Alliance Globale sur la façon dont Mission Lèpre devrait fonctionner et se développer.

La lèpre affecte la vie des personnes de diverses façons. Nous nous préoccupons donc de leurs besoins physiques, sociaux, spirituels et psychologiques. Dans nos projets, nous nous concentrons sur les soins de santé, la réadaptation à base communautaire, la prévention des handicaps, le plaidoyer, le renforcement des capacités, l’éducation, la réduction de la stigmatisation. Occasionnellement, nous intervenons aussi à la suite de catastrophes naturelles ainsi qu’à leur prévention. Dans la plupart des cultures, la lèpre n’est pas comprise comme une maladie, mais plutôt comme une malédiction. Par conséquent, quand une personne se rend compte qu’elle a contracté la lèpre, elle a peur d’être stigmatisée, rejetée hors de la société, privée de travail, de soins et d’affection, ce qui arrive encore très souvent. La plupart du temps une telle personne essaie donc par tous les moyens de dissimuler sa maladie le plus longtemps possible, ce qui est très dommageable pour elle et pour son entourage.

Nous voulons voir un monde dans lequel « la lèpre est vaincue et des vies transformées ». C’est pour cela que notre principal objectif est la lutte contre la lèpre et l’éradication de ses causes et conséquences. Cependant, dans la pratique nous nous préoccupons souvent aussi d’autres personnes marginalisées dans la société et particulièrement les personnes gravement handicapées ou de ceux qui vivent dans l’extrême pauvreté. La pauvreté est d’ailleurs une des causes de prolifération du bacille car elle crée un terrain qui lui est favorable.

TLM international, une plate-forme de coordination

TLM international (TLMI) fonctionne comme une plate-forme commune, afin d’assurer la coordination, la facilitation et divers services opérationnels en réponse aux besoins exprimés par les membres. TLMI emploie une vingtaine de personnes, dont la plupart travaillent au bureau du siège International à Londres.

Découvrir la plateforme TLM international

Mission Lèpre dans le monde

Au niveau Global, Mission Lèpre emploie plus de 2000 personnes et dispose d’équipements très variés et elle soutient des projets de lutte contre la lèpre dans plus de 20 pays. De plus en plus la Mission favorise le travail avec des partenaires plutôt que la mise en œuvre directe des projets. Le revenu annuel brut de la Mission est d’environ 20 millions d’euros, dont 75 pour cent viennent de dons privés (de donateurs individuels et d’Eglises) ainsi que de legs. Le reste vient de fonds gouvernementaux, d’autres bailleurs de fonds institutionnels et d’investissements.
L’Alliance globale TLM est membre de l’ILEP (Fédération Internationale des Organisations de Lutte contre la Lèpre), de EU-CORD, de People in Aid, du Réseau Michée et de BOND.

Mission Lèpre France est membre de l’Alliance Globale en tant que « pays de soutien ». Nous sommes une Association Reconnue d’Utilité Publique depuis 1978. Les membres de son Conseil sont représentatifs des divers courants chrétiens, conformément à la charte de l’Alliance Globale. Notre action dépend du soutien spirituel et financier de toutes les personnes et Eglises qui nous accordent leur confiance. Ils sont nos partenaires.

Mission Lèpre France soutient principalement des projets mis en œuvre par nos collègues en Afrique Francophone.

5 grandes figures de la mission

Philadelphe Delord

Né dans le Gard au sein d’une famille protestante, Philadelphe Delord fait des études de théologie et devient pasteur en 1892 à Florac puis à Marseille.

De 1897 à 1910, il devient le premier missionnaire français de Maré, une des îles de l’archipel des Loyautés (en Nouvelle Calédonie) pour le compte de la Société des Missions Évangéliques de Paris (SMEP). C’est pendant ce séjour, en 1898, qu’il visite une léproserie où il est ému par la misère et l’abandon des malades. Il se dévoue pour eux, parallèlement à son travail d’évangélisation. En 1907, il met au point une décoction, mélange d’huile alimentaire et d’huile de chaulmoogra, un fruit tropical local. Jusqu’en 1945, cette préparation restera le seul remède administré aux personnes atteintes de la lèpre.

Revenu en Europe avec sa famille en 1910, Delord s’installe à Lausanne comme agent de la SMEP pour la Suisse romande. En lien avec cette organisation, il fonde en 1922 le Comité de Secours aux Lépreux qui gère 4 centres de traitement outre-mer.

Philadelphe Delord prolonge alors son action en créant l’ASVMT (Association de Secours aux Victimes des Maladies Tropicales) qui achète la chartreuse de Valbonne, dans le Gard. Celle-ci devient le premier établissement d’accueil des lépreux dans l’hexagone A l’époque, en France, les quelques centaines de malades de la lèpre ne sont pas soignés dans des centres spécialisés mais dans les hôpitaux des grandes villes (Paris, Marseille, Bordeaux). De 1929 à 1934, Delord dirige, non sans difficultés, ce sanatorium de Valbonne. Il y décède en 1947 à l’âge de 78 ans, après avoir jeté les bases de la Mission Lèpre. Les derniers malades affectés par cette maladie quitteront la Chartreuse de Valbonne en 2002.

Le docteur Paul Brand

Né en 1914 en Inde, dans une famille de missionnaires britanniques, Paul Brand se rendit en Grande Bretagne à l’âge de 9 ans où il apprit la médecine. Il fit son apprentissage pendant la Seconde Guerre mondiale, durant le Blitz de Londres. Devenu chirurgien orthopédique, il retourne en Inde en 1946, avec son épouse Margaret, et rejoint l’équipe de l’hôpital de Vellore. C’est là qu’il découvre les ravages de la lèpre quand le malade n’est pas traité et qu’il est stigmatisé. Il comprend que ce n’est pas le mal lui-même qui provoque le « pourrissement » des mains et des pieds mais plutôt la perte de la sensation qui amène les malades à se blesser. En 1950, il établit un centre modèle de réhabilitation à Vellore et devient le premier spécialiste au monde à utiliser la chirurgie reconstructrice pour corriger les difformités causées indirectement par la lèpre aux mains et aux pieds. Le docteur Paul Brand travaille pendant 40 ans avec Mission Lèpre, même après avoir quitté l’Inde en 1966 pour les États-Unis. Il en devient le Président international de 1993 à 1999.

Partant de l’insensibilité entraînant l’atrophie des membres des malades affectés par la lèpre, Paul Brand développe dans les années 90 une philosophie sur la nature précieuse de la douleur qui aide à prendre conscience du mal. Il en tire un livre avec le célèbre auteur chrétien Philip Yancey. Âgé de 89 ans, le docteur Brand décède à Seattle, en juillet 2003.

Wellesley Belley

Ce chrétien irlandais est le fondateur de TLM/Mission Lèpre. Venu en Inde à 23 ans, en 1869, pour échapper aux conditions économiques difficiles de son pays, il s’engage comme enseignant au Punjab pour la Mission Américaine Presbytérienne. C’est alors qu’il découvre les ravages de la lèpre, rencontrant des malades défigurés, handicapés, aveugles, mais aussi socialement rejetés. Wellesley notera plus tard : « je frissonnais, quoiqu’en même temps j’étais fasciné, et je ressentais que s’il y avait un travail digne de Jésus à faire dans ce monde, c’était bien d’aller parmi ces malheureux en souffrance et de leur apporter la consolation de l’Évangile ». Wellesley écrit des lettres émouvantes sur ce qu’il ressent à Alice, une amie d’enfance avec laquelle il s’est fiancé avant son départ. Alice rejoint Wellesley en Inde où ils se marient en 1871. Le couple travaille pour la Mission Américaine Presbytérienne à Ambala et Ludhiana. Obligé de rentrer en Irlande en raison de la santé d’Alice, Wellesley et sa femme sont invités de plus en plus souvent à des partages sur la lèpre qui sévit en Inde. Il rédige même une brochure sur le sujet. C’est le début de la « Mission pour les Lépreux » fondée en 1874.

Pendant de nombreuses années, soutenu par son épouse, Wellesley visite les pays affectés par la lèpre, où travaillent des missionnaires. Il se rend également en Europe et en Amérique du Nord où il donne des conférences à la fois sur la maladie et sur le travail de la Mission.

En 1917, âgé de 71 ans, Wellesley Bailey prend sa retraite. La mission qu’il a fondée supervise alors 87 programmes de soin dans 12 pays différents, tout cela soutenu par des bureaux implantés dans 8 États. Il décède en 1937 à l’âge de 91 ans.

Lady Diana

De 1990 jusqu’à sa mort accidentelle à Paris en 1997, la Princesse de Galles a été protectrice et mécène du bureau TLM d’Angleterre et du Pays de Galles.

En novembre 1989, l’épouse du Prince Charles s’était rendue dans une léproserie en Indonésie et, contre l’avis des autorités politiques et médiatiques, s’était assise avec des patients dont elle avait touché les mains et les pansements. Cette attitude avait incité TLM Angleterre/Pays de Galles à écrire à la princesse pour la remercier et lui proposer de parrainer ses activités, ce qu’elle accepta. Elle visita ainsi divers hôpitaux et projets en Inde, au Népal et au Zimbabwe, toujours environnée de caméras et de journalistes. Lady Dy réduisit son soutien à seulement 6 organisations caritatives: parmi celles-ci se trouvait TLM, la seule d’envergure internationale.

En novembre 1999, le Fonds Mémorial de la Princesse Diana de Galles ouvrit un centre d’éducation et d’information à Nodia, près de New Delhi, pour promouvoir les droits, la dignité et l’intégration des personnes affectées par la lèpre et le handicap en Inde.

Eddie Askew

Un mois après leur mariage en 1950, Eddie et Barbara Askew s’embarquent pour l’Inde et se rendent au Centre pour les malades de la Lèpre de Purulia dans l’État du Bengale Ouest. Ils doivent en faire un pôle d’excellence. En 1952, à 25 ans, Eddie en devient le Directeur, poste qu’il occupera pendant 13 années. Le couple apprend le bengali et donne des cours aux enfants malades de la lèpre. C’est dans ce centre de Purulia qu’Eddie fait la connaissance du Dr Brand. Pendant ses loisirs, Eddie Askew écrit et peint. Auteur de 17 ouvrages vendus à plus d’un million d’exemplaires au total, et illustrateur de calendriers, il permettra à Mission Lèpre de recueillir des millions de Livres sterlings. En 1974, il est nommé Secrétaire général de la Mission Internationale. Eddie Askew s’éteint à l’âge de 80 ans, en 2007.

 

Histoire de la mission

D’abord une Mission Internationale

C’est un fait peu connu, mais « The Leprosy Mission International » (TLMI) est la première organisation Mondiale dans le domaine de la lèpre, malgré des débuts pourtant modestes. Voici les dates principales.

1869 : un chrétien irlandais, Wellesley Bailey, débarque en Inde. Il vient visiter son frère avec l’intention de s’engager dans la police locale. Mais, hébergé avec un missionnaire allemand luthérien, il sent qu’il doit s’engager lui aussi dans un service pour Dieu. Envoyé comme enseignant au Punjab par la Mission Américaine Presbytérienne, il découvre alors les ravages de la lèpre. C’est un choc ! Il rencontre des malades défigurés, handicapés, aveugles mais aussi rejetés tant le mal est ressenti comme mystérieux et cruel. Les lettres qu’il écrit à sa fiancée Alice, à Dublin, émeuvent la jeune femme.

1871 : Alice rejoint Wellesley en Inde où ils se marient, scellant leur union dans la cathédrale de Bombay (aujourd’hui Mumbai). Le couple travaille pour la Mission Américaine Presbytérienne à Ambala et Ludhiana.

1873 : Les conditions climatiques affectant la santé d’Alice, le jeune couple rentre à Dublin. Wellesley et sa femme portent en eux le fardeau des malades de la lèpre. Ils sont invités de plus en plus souvent à des partages sur ce problème au point que Wellesley produit une brochure intitulée « la Lèpre en Inde ». Ce sont les prémices de la future organisation alors que, par une curieuse coïncidence, en cette même année 1873, l’origine de la lèpre est découverte par le physicien norvégien Armauer Hansen. Celui-ci donnera son nom médical au mal désormais appelé maladie de Hansen.

1874 : Le couple Bailey crée la « Mission pour les Lépreux » et s’en retourne en Inde, tandis que des fonds sont recueillis par une amie de Dublin, Charlotte Pim. Les dons atteignent 600 Livres sterling.

Fin des années 1870 : La Mission, qui recueille 900 Livres par an, prend soin d’une centaine de personnes affectées par la lèpre en Inde du Nord. Années 1880 : Wellesley et Alice Bailey voyagent beaucoup à l’intérieur de l’Inde. Ils sont notamment aidés par une missionnaire américaine Mary Reed qui, elle-même, contracte la maladie.

1891 : La Mission ouvre son premier bureau à l’extérieur des frontières actuelles de l’Inde, à Mandalay, en Birmanie (aujourd’hui Myanmar)

1917 : Wellesley Bailey prend sa retraite. La mission qu’il a fondée supervise 87 programmes de soin dans 12 pays différents, tout cela soutenu par des bureaux implantés dans 8 Etats.

Au long du XXème siècle, d’autres personnalités de qualité s’engagent dans la mission, dont Philadelphe Delord, Eddie et Barbara Askew ou le Dr Paul Brand.

1962 : La Mission change de nom et devient The Leprosy Mission (TLM). Elle suit la recommandation de l’Organisation Mondiale de la Santé qui bannit le mot « lépreux » considéré comme malveillant.

Naissance de l’association française :

Au lendemain de la seconde guerre mondiale, quelques protestants français eurent à cœur de soutenir l’action de TLMI. Le pasteur Pierre Toureille, directeur européen de TLM, visite les Églises, soutenu par un comité animé par le pasteur Jean Cadier, doyen de la faculté de théologie de Montpellier.

1973 : L’Association « Mission Évangélique contre la Lèpre »,  est constituée en France, sous la présidence du Comte Antoine de Clermont.

1978 : L’Association française est reconnue d’utilité publique.

2008 : Pour se rapprocher de l’appellation internationale « Leprosy Mission », l’Assemblée Générale se prononce en faveur d’une modification du nom visible. « Mission Lèpre » sera désormais utilisé pour la communication. Ce changement n’implique pas le renoncement aux valeurs fondatrices de l’association basées sur l’Évangile, mais permet l’élargissement de son action, le terme évangélique constituant un obstacle pour conquérir de nouveaux donateurs. Mais « Mission Evangélique contre la Lèpre » reste le nom officiel de l’Association. En effet, modifier le nom d’une association demande de réviser les statuts, ce qui n’est pas simple pour une Association reconnue d’Utilité Publique.

Aujourd’hui, l’Alliance Globale de TLM représente près de 2.000 personnes engagées dans environ 200 projets lèpre répartis dans 26 pays. Il faut ajouter les pays de soutien pour lesquels le but principal est de faciliter le soutien spirituel et financier aux différents projets. Les bureaux de « The Leprosy Mission International » (TLMI) se trouvent à Londres, ce service est chargé de la coordination et du suivi des opérations.

Dans son discours de retraite, en 1917, Wellesley Bailey avait déclaré: « Cette mission est née et a été bercée dans la prière. Elle a grandi dans la prière. Elle a été nourrie dans la prière et la prière a été le fondement de son succès depuis les premiers moments de sa vie ». Un siècle plus tard, cette constatation garde toute son actualité: Mission Lèpre/TLM ne peut survivre que dans et par la prière.

Follow

Follow this blog

Get every new post delivered right to your inbox.

Email address